Cuisiner en Afrique du Sud

La cuisine du Cap

La cuisine du Cap, aussi connue sous le nom de cuisine malaise est la seule cuisine sud-africaine. C’est un mélange épicé de différents styles de cuisine amenés en Afrique du Sud par les esclaves d’Asie et de Madagascar et adapté aux conditions locales. On retrouve des plats au curry doux, des ragoûts d’agneau (Waterblomtjiebredie), des feuilletés de viande hachés et épicé (Boboties), des brochettes marinés au curry (Sosaties), des plats épicés accompagné de poissons (Snoersnoek) ou encore des mélanges de lait, sucre, crème et confiture (Malva pundding).
Le barbecue est une institution en Afrique du Sud. On appel cela un Braai et vous serez sans aucun doute convié à l’un d’eux par vos amis. On y sert des boerewors (saucisses de bœuf et de porc), des côtes d’agneaux, des steaks de bœuf…
Vous pouvez retrouver une description de quelques spécialités sud-africaines comme le Rooibos, le biltong ou encore le bobotie sur http://benoot.com/afrique-du-sud/cuisine.

La cuisine africaine 

Si vous souhaitez découvrir une cuisine plus africaine au cours d’une visite d’un village culturel, vous pouvez gouter les vers Mopani (Masonja), les termites frits (Tshuku), les larves de scarabée rôties (Xi Fu Nu Nu), les patates douces sauvages (Ngwiri), les noix de Marula rôties et écrasées (Nkoanyi) le gibier sauvage cuisiné à feu ouvert (Nyama) et le pudding local (Nyoshi).

 

Les vins d'Afrique du Sud

Avec près de 110 000 ha concentrés dans la région du Cap, la viticulture sud-africaine connaît une renommée croissante. Les vins rouges comptent pour à peine plus d'un quart de la production, et l'exportation représente plus de 30 % du volume produit. Le vin sud-africain propose une grande gamme de qualité, allant du « easy drinking wine » au nectar le plus élaboré. La région du Cap bénéficie en effet d'un climat méditerranéen et ses coteaux qui viennent presque mourir dans l'océan offrent une bonne exposition.

Après la révocation de l'édit de Nantes (1685), quelques centaines de huguenots sont venus de France en Afrique du Sud et ont importé les cépages français ; ce sont eux qui ont réellement développé l'activité viticole dans le pays, même si les colons hollandais ont tiré leur premier vin en 1659.

Les vins sud-africains sont différents de leurs cousins français : leur teneur en alcool est plus élevée, les tanins sont souvent prononcés (notamment le shiraz). Pour un non-initié, la surprise est réelle à la première dégustation. Ceux qui trouveront les rouges trop puissants et capiteux, développant trop de matière et d'alcool, pourront se rabattre sur les blancs qui dévoilent de superbes bouquets, de fleurs et d'agrumes.

On trouve dans quelques quartiers branchés du Cap des bars à vins avec des crus d'excellente qualité. À noter que les restaurants proposent généralement des vins au verre et sans spéculer à outrance ! C'est deux fois moins chères qu'en Europe... et les verres sont deux fois plus remplis !
(source, le Guide du Routad).